Passer au contenu principal

Début du contenu principal.

Des municipalités québécoises veulent garder leur statut de ville bilingue

Depuis l'entrée en vigueur de la loi 96, le statut de ville bilingue d'une municipalité peut être révoqué si l'anglais est la langue maternelle de moins de 50 % de sa population.
Depuis l'entrée en vigueur de la loi 96, le statut de ville bilingue d'une municipalité peut être révoqué si l'anglais est la langue maternelle de moins de 50 % de sa population.

La nouvelle loi linguistique québécoise a permis à plusieurs dizaines de municipalités québécoises à conserver leur statut de ville bilingue tandis qu'un petit nombre envisage de l'abandonner.